Politique – Marc Gricourt : goodbye, PS ?

Les élections municipales de 2020 titillant les uns et les autres, les cartes se dévoilent petit à petit, ici et là.

Ce n’est ni une surprise ni la première fois que le maire de Blois laisse sous-entendre qu’il pourrait jeter, à son tour, sa carte de socialiste aux orties. Un divorce en passe d’être consommé ? Mi novembre, il était en tout cas à Montreuil, parmi les premiers signataires de « Place Publique », mouvement politique – social, démocratique, écologique et européen fondé par Raphaël Glucksmann- comme il l’aura fièrement posté sur sa page Facebook. Et, à défaut de voir la vie en rose, l’édile blésois espère… Et rêve, partageant ce doux songe sur les réseaux sociaux. « Ce moment m’a redonné espoir. Espoir en l’engagement citoyen, avec cette jeunesse très très nombreuse. Espoir en la défense de valeurs dont je suis imprégné en tant qu’homme de gauche. Espoir en La Défense de ce qu’est ma conviction de la République, de la démocratie, de la participation citoyenne. Espoir dans le combat indispensable contre le libéralisme et ses conséquences, contre l’individualisme, l’autoritarisme, le racisme, toutes les discriminations. Espoir en la politique et le courage. Espoir en une vraie ambition et un combat vital pour la planète, le climat, la survie de l’humanité. Espoir dans la construction d’un monde meilleur, un monde de solidarité et de paix. Il faudra commencer par l’Europe et ne pas laisser au citoyen français le choix entre le libéralisme et l’extrême-droite. Puissent nos responsables de gauche entendre cela déjà à court terme et avoir l’intelligence d’un rassemblement pour ces élections de 2019. Un mouvement citoyen qui j’espère arrivera jusque « la Place Publique de Blois ». Et comme l’’espoir fait vivre… à suivre.

E.R.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email