Le Chato’Do fête ses 20 ans…

Remi Breton

Remi Breton

Voici une saison 2014-15 qui démarre en fanfare. Anniversaire oblige une semaine de festivités, rien que ça, est au programme. La salle de musiques actuelles de Blois vous invite à fêter son anniversaire en écoutant de la bonne musique au travers d’une programmation riche et éclectique.

C’est ainsi qu’après une folle soirée déguisée au Chato’do le samedi 20 septembre, un rendez-vous quotidien vous est proposé dans un nouveau lieu de la ville. Du Château Royal aux bars du centre, du port de la Creusille à la mythique « Salle Dupré », du Conservatoire à la médiathèque, le Chato’do dessinera au gré de ces rendez-vous son empreinte sur la ville.

Il y aura beaucoup de groupes locaux, mais aussi les têtes d’affiche comme Albin de la Simone ou GieDré.

Ainsi, du 20 au 27 septembre prochains, vous retrouverez, Mellanoisescape, Kidnap, 20 DJ régionaux pour la soirée de rentrée « Back in 1.9.9.4 », Headcases play Nirvana, Pierre Mottron, Ultra Panda, ALB, Carbon Airways, Erlos, un blind test avec Radio Beton, « 20 ans de rock » raconté par Christophe Brault, des apéros-concerts, et encore bien d’autres surprises.

Entretien avec Rémi Breton – Directeur du Chato’Do

« Nous avons consolidé l’équipement »

Le Chato’Do souffle ses vingt bougies. L’occasion de se pencher sur son rôle dans le paysage culturel blaisois, d’évoquer quelques faits marquants de son histoire et les perspectives d’avenir. Rémi Breton, son directeur, nous rappelle les missions de cet équipement que le public associé surtout à la salle de concert.

LPB. Vous êtes à la tête du Chato’Do depuis presque une décennie, quelle place occupe cet équipement dans le paysage culturel blésois ?

Rémi Breton : L’association Mars gère le Chato’Do et le studio Pôle Nord dans le cadre d’une délégation de service public pour la mairie de Blois. Et nous sommes également labellisés Scène de musiques actuelles (SMAC) par le ministère de la Culture.

Notre avons donc plusieurs missions. Elles vont de la sensibilisation aux musiques actuelles par le biais de l’action culturelle et de la plateforme numérique régionale l’Électrophone, à la diffusion de concerts avec une politique tarifaire accessible. Nous participons au développement et à la promotion des activités et évènements artistiques en partenariat avec l’ensemble des acteurs culturels du territoire.

Notre cahier des charges comporte également un volet aide à la création et à la promotion des artistes locaux. Et cela à travers la mise à disposition de salles de répétitions, l’accompagnement et la formation. Le studio Pôle Nord compléte cette offre de services avec la location de studios et l’enregistrement pour les amateurs et les professionnels.

Bref, au-delà de la quarantaine de concerts annuels que nous proposons et qui reste l’activité plus visible, le Chato’Do est un lieu de rencontre et d’échange autour des musiques actuelles. Et cela à travers des résidences de création, des cours de pratique musicale en partenariat avec le Conservatoire, des répétitions et enregistrements de groupes locaux. Nous participons à la Fête de la Musique et à bd BOUM et nous collaborons régulièrement avec le service jeunesse de la Ville. Enfin, nous mettons également en place des actions vers les publics dits éloignés ou empêchés.

LPB. Sur ces vingt années quels ont été les moments les plus marquants pour le Chato ?

Rémi Breton : « Je n’étais pas encore là lors de l’ouverture de la salle. Mais la naissance remonte à 1994 sous le mandat de Jacques Lang. L’idée était alors de bâtir une scène pour les musiques actuelles et de répondre ainsi à la demande des associations locales. Après trois années en régie municipale, la salle est devenue associative pour finalement passer en délégation de service public en 2007.

J’ai vécu, en revanche, les moments difficiles lorsqu’elle a failli disparaître en 2006 sous le mandat de Nicolas Perruchot. Il s’agissait alors de signer la première convention de délégation avec la ville. Cela a pris un an d’âpres négociations et nous sommes même descendues dans la rue, soutenues par un bon nombre de sympathisants.

Neuf années plus tard, nous avons fait un gros travail de fond pour consolider l’équipement.  L’association Mars emploie 12 salariés, nous avons 35 % de recettes propres, un taux de remplissage de 70 % et une forte notoriété régionale, voire nationale. Et même si le contexte économique reste délicat et l’équilibre fragile, nos indicateurs sont au vert.

LPB. Quelle est votre vision d’avenir pour le Chato et la culture en général ?

Rémi Breton : « Nous poursuivons le développement du numérique et en particulier de l’Électrophone, la plateforme régionale qui permet d’accéder à l’ensemble de la création musicale locale. Nous tenterons d’élargir notre public en coopération avec « l’Astrolabe » à Orléans et « Temps Machine » à Tours. Le nouveau parking sur le site Quebecor, actuellement à l’étude, et un service de navettes avec le centre-ville les jours de concert devraient y contribuer. J’espère par ailleurs que l’on pourra, à terme, intégrer le studio Pôle Nord dont l’éloignement géographique actuel pose trop de problèmes.

Mais au-delà de ces questions pratiques, nous sommes conscients que le financement de la culture est difficile et en pleine mutation. Je pense que dans les années à venir il faudra inventer une autre économie de la culture. Notre travail doit s’orienter davantage sur la prévention et la coopération entre sites, notamment en mutualisant des postes. Nous devons aussi aller chercher des fonds auprès d’organismes spécialisés pour financer les formations auprès de jeunes musiciens et l’accompagnement de projets.

Bien entendu, nous travaillons à l’intégration de ses paramètres nouveaux dans la prochaine convention quinquennale de délégation dont la signature est prévue en 2017.

Propos recueillis par ARP

Programme :

• Albin de la Simone au Château

Mercredi 24 septembre. 20 h 30

Château Royal de Blois. Tarif de 10 à 15 €. Réservation conseillée.

Albin de la Simone

Albin de la Simone

Un concert magique dans un lieu d’exception pour les 20 ans du Chato’do avec Albin de la Simone.

Cet Amiénois de 43 ans débuté comme musicien, pianiste de jazz plus exactement. Il s’est aguerri au gré de ses nombreuses collaborations en tant qu’arrangeur et réalisateur pour Alain Souchon, Alain Chamfort, Vanessa Paradis, Arthur H, Mathieu Boogaerts ou encore Salif Keïta. Artiste de collaborations, « Je n’envisage pas la musique autrement » il déclarait aussi au Point « vivre la musique en amitié ».

Et, puis, il y a dix ans tout juste l’envie d’écrire l’a poussé à prendre le micro. « Au début, ça m’a désarçonné, inquiété. Et puis, finalement, je me suis pris au jeu et j’adore ça. Même si, parfois, je déteste ma voix. »

Albin de la Simone distille ses textes poétiques de quadragénaire fragile et, en un refrain et deux couplets, il touche la corde sensible. Après s’être mis à nu dans son dernier album « Un homme », il nous offre un live au Château de Blois dans son plus simple appareil. Le Chato’Do, lui offre la possibilité de nous prouver, mercredi 24 septembre, sa fragilité et sa délicatesse.

Une invitation d’autant plus cohérente que, depuis un an et demi, Albin de la Simone a élaboré un principe de concerts ne s’appuyant que sur l’amplification minimale de sa voix et de son piano électrique. Accompagné de deux remarquables cordes, la violoncelliste Maëva Le Berre et la violoniste Anne Millioud-Gouverneur, jouant, elles, sans sonorisation, il profitera de l’écrin du Château Royal pour pousser plus loin son concept acoustique.

*******************************************************

• GieDré au « Concert des 20 ans »

Samedi 27 septembre. Chato’Do — Grande Salle. 19 h 30.

GiéDré, Alb, Carbon Airways, Paco

Tarif de 15 € à 20 €.

giedre-clement-alborn

GieDré

Blonde, 28 ans, gueule d’actrice et taille de mannequin, sous ses faux airs de naïve un peu nunuche en robe à fleurs ou à rayures, GiéDré (prononcez Guiédré) emballe avec ses comptines sombres et salées délivrées avec allégresse. Seule avec sa guitare acoustique, la chanteuse humoriste d’origine lituanienne se frotte toujours avec malice au politiquement incorrect.

Version GiedRé, la notion de tabou ne pose aucun problème, mais ses chansons ne sont pas destinées à toutes les oreilles. Dans des titres tels qu’« On fait tous caca », « Meurs », « Pisser debout » ou « La petite Camionnettene dit rien », elle raconte des histoires d’ivresse qui tournent au viol, de meurtre pédophile, de prostitution sordide, de mouise crasse…

Des premières parties de Raphaël Mezrahi (sous le nom de Moisie), des émissions de radio avec Laurent Baffie et enfin le coup de cœur d’un producteur. Tous ont craqué pour sa fantaisie débridée et son culot sans limites.

GiedRé a sorti « Mon premier disque », début 2011. 2000 copies écoulées en douze semaines, chacune personnalisée. Depuis quatre autres albums ont vu le jour avec un succès croissant.

Inattendue, la mignonne n’a pas froid aux yeux. Elle débite ses ritournelles scato avec le sourire, et toujours la guitare à la main et ses chansons sont reprises en chœur par de fans de plus en plus nombreux.

Découvrez là sans tabou ni complexes en concert au Chato’Do.

*******************************************************

• Back in 1994

Soirée de rentrée électro déguisée.

Samedi 20 septembre 21 h 30. Tarifs 10 €.

Gratuit pour les adhérents à l’association.

Place aux looks de 1994 ! Pour cette soirée de rentrée, transportez-vous en 1994 et déguisez-vous en ce qui vous plait !

*******************************************************

• Boys in Lillies / Mellanoisescape

Indie Rock & Pop. Lundi 22 septembre. 20 h 30.

Conservatoire de Blois Agglopolys /6 rue Franciade – Blois — Gratuit.

*******************************************************

• Headcases play Nirvana

Rock. Mardi 23 septembre. 20 h 30. Le Saint Lubin. 18 rue Saint-Lubin Gratuit.

Le Saint Lubin sera le théâtre d’une reconstitution d’époque surprenante.

*******************************************************

• DJ’S Bamboule avec Cocktail Pueblo

Jeune public. Mercredi 24 septembre. 16 h 30.

Port de la Creusille. Blois-Vienne. Gratuit.

Un cocktail tropical de musique qu’elle est bonne à écouter, des jeux et de la danse : limbo, 1, 2, 3 soleil et compagnie.

*******************************************************

• Soirée des présidents

Rock. Vendredi 26 septembre. 19 h 30.

« Salle Dupré » — Maison municipale de Vienne. Tarif de 8 € à 12 €.

Comme dans Point Break, le gang des Présidents braque le Chato’do !

Tous composés d’anciens présidents de l’association MARS (et des assos précédentes), les groupes prennent d’assaut l’emblématique Salle Dupré pour ce concert évènement.

Avec « La Voie JohnSon » (punk garage psychédélique), « Sharpers » (pub rock nerveux), « Ultra Panda » (disco punk) et « Kidnap » (punk rock).

*******************************************************

• 20 ans !

Conférence. Samedi 27 septembre. 15 h.

Médiathèque Abbé Grégoire. 4 pl. Jean-Jaurès. Gratuit

Qu’est devenu le rock ? Est-il mort ? A-t-il évolué et comment ? Quels ont été les albums et artistes phares ? Que vous ou non-initié au rock alternatif, au grunge, à la pop anglaise, à Sonic Youth, Nirvana, les White Stripes, ou les Black Keys, cette conférence est pour vous.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email