Carole Leclère, bien connue au collège Sainte-Marie, a brillé en Italie

29
Poète à ses heures perdues, fondue de belles lettres en particulier et d’art en général, la prof de théâtre avait déjà reçu une médaille d’argent d’arts, sciences et lettres des mains de Jean d’Ormesson en 2010. Cette fois, c’est la « dolce vita » qui a remarqué son travail et engagement artistique.
Mannequin chez Yves Saint-Laurent, cours Florent, mise en scène théâtrale, court métrage. Carole Leclère a baigné enfant dans l’artistique, notamment grâce à un grand-oncle. Son parcours a ainsi débuté à Paris puis une histoire de coeur l’a emmené sur les bords de Loire. « C’est toujours une histoire d’homme ! » plaisante-t-elle. Ce déménagement ne l’a pas empêché de continuer à écrire des recueils de poésie (sur la mort, sur les relations, et sur l’amour, moteur de toute vie selon l’intéressée) et aussi et surtout à transmettre sa passion à la jeune génération. Quatre heures par semaine, elle enseigne le théâtre à l’occasion d’un atelier dans les murs du collège Sainte-Marie à Blois, en plus d’un poste de responsable administratif auprès des classes de 5e. « Nous allons proposer des variations des fables de la Fontaine à la manière de, façon rap, que nous présenterons lors des portes ouvertes les 9 et 10 février. Nous planchons également sur une intrigue policière qui sera interprétée plus tard dans l’année, » détaille l’enseignante de 57 ans. « J’aime ce partage avec mes 30 élèves de tous âges qui travaillent ensemble en dépit de leurs différences. » La passion chevillée au corps, Carole Leclère a vu sa générosité d’âme et sa créativité artistique récompensés à Lecce, en Italie le 16 décembre dernier par un grand prix international d’art des « Guerriers de Riace « et un grand prix international humanitaire Victor-Hugo des mains de l’Accademia italia in arte nel mondo. « Nous étions 7 000 artistes du monde entier : peintres, sculpteurs, chanteurs, etc., animés par des valeurs artistiques, humanistes et de paix. Nous sommes choisis par des ambassadeurs qui suivent notre parcours. Quand j’ai reçu le courrier, je n’y ai pas cru. Cette cérémonie s’apparente à celle des Césars. De belles tenues de soirée, beaucoup de rencontres d’exception. Je commence tout juste à réaliser. En plus, c’était le jour des trente ans de ma fille ! Ce jour reste d’autant plus à marquer d’une pierre blanche. » Cette belle carte de visite l’encourage à continuer dans cette voie. « Ce prix me booste pour reprendre ma plume. Je viens de terminer une formation en art-thérapie et je m’intéresse à l’auto-hypnose. J’ai des contacts avec des artistes peintres en Corse et au Maroc. L’idée de monter un spectacle pour enfants me trotte également dans la tête ! ».
E.R.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email